Programmation 2017

DAVODKA (Rap / Hip Hop / Hardcore)
Davodka commence le rap au début des années 2000, bercé par les influences du rap du 18ème arrondissement, où il a grandi. Il fait ses débuts avec le groupe Paris Pôle Nord, qui se fusionne au groupe naissant, Mentalités Sons Dangereux en 2017. Le groupe sort plusieurs Net Tapes et un album mûrement travaillé, Sampleurs et Sans Reproches, le 21 décembre 2012. En Mars 2013, Davodka sort son premier album, Un Poing c’est Tout, composé de 12 Titres. Le 10 décembre 2015 sort l’album la Mise au Poing. Ce nouveau projet s’éloigne des précédents de par la diversité des thèmes abordés, on observe une prise de maturité chez l’artiste. Le son phare de l’album, Le Couteau dans la Paix, sorti après les attentats du 13 novembre, fait prendre une nouvelle mesure plus engagée du rap de Davodka.

 

SIDI WACHO (Hip Hop / Cumbia / Balkan)
Sidi Wacho c’est le nouveau collectif Lillo-Chilien emmené par Saidou et Jeoffrey du Ministère des Affaires Populaires (MAP). Insolent et festif, Sidi Wacho c’est deux Mc’s survoltés, des percussions cubaines, des machines, un accordéon et une trompette aux couleurs balkaniques, qui vous feront sans aucun doute, danser, chanter et lever le poing. Attendez vous à recevoir une avalanche de « buenas ondas » mais attention, ne vous méprenez pas, Sidi Wacho ce n’est pas de la cumbia, ce n’est pas du rap, ce n’est pas de la musique des Balkans.. Sidi Wacho c’est d’abord de l’expression populaire made in Lille et Santiago, avec des textes engagés qui piquent et qui nous rappelle que « la lucha signe ».

 

AL’TARBA & DJ NIX’ON (Hip Hop / Abstract / Electro)
Beatmaker et rappeur, c’est après un passage par le punk qu’Al’ Tarba s’est plongé dans la culture Hip Hop. Presque 10 ans de carrière, 5 albums et 2 EP, des collaborations à la pelle (Raekwon, Ill Bill, Q unique, Onyx, Swift guad, Zoxea etc..). Al’Tarba est un Toulousain que rien n’arrête ! Cartoons, films de genre, comics gore, belles gosses et voyous se retrouvent dans le monde fantasque, grandiloquent, parfois grotesque qu’il a créé. Dans son dernier album, La nuit se lève, Al’Tarba ralentit le tempo et plonge dans une poisse urbaine et épaisse, à la rencontre d’un bestiaire décentré, crépusculaire : parias, rescapés du bitumes, francs-tireurs sortis tout droit de la vague tech noir et anti-héro de slasher… La nuit se lève sera donc une espérience sonore sombre et anxiogène : une errance d’une nuit en eaux troubles, un long récit nocturne dans lequel l’auditeur croisera de multiples figures, au gré des pérégrinations nocturnes du personnage principal. Sur scène, il est accompagné de DJ Nix’on qui apporte avec lui ses scratchs dévastateurs !

 

TRAM DES BALKANS (pop’n’trad)
TRAM des Balkans fait vibrer les voix et résonner les langages dans une musique d’une originalité indéniable: l’accent klezmer côtoie le chant du chaman mongol, le swing est américano russe, le dub groove à l’est et la pop roule free jazz. Après 15 ans d’aventures communes, les 5 musiciens-chanteurs de TRAM des Balkans ont développé la fougue et la folie partageuse des artistes qui savent ce qui leur fait du bien ! Leur 5ème opus ouvre des horizons imaginaires où les traditions se mélangent pour ne faire qu’une, créant de nouveaux ponts dans une Europe rêvée, globale et sans frontières, de la Méditerranée à l’Asie centrale. Le voyage est porté par trois voix sincères, magnétiques, servies par une rythmique volcanique. Toujours imprégné par la musique klezmer et les airs traditionnels d’Europe de l’est, le groupe a su s’éloigner de l’hommage fidèle pour creuser un sillon fait des influences de chaque musicien et d’une envie insatiable de découverte.

 

OMAR ET MON ACCORDEON (Chanson festive à texte)
Un homme, un accordéon. De la chanson (festive) à texte. Chanter l’amour, chanter la vie (et le reste aussi) ; Voilà Omar et mon accordéon. Il est né en Algérie et a grandi en Bourgogne, avec l’amour des mots et de la musique. Il a également partagé la scène avec des groupes tels que la Rue Ketanou, les Ogres de Barback ou encore les Hurlements de Léo. Ces influences sont le trio gagnant : Brel, Brassens, Ferré. « Parce qu’il faut boire pour oublier, mais ne pas oublier de boire », Omar et mon accordéon c’est avant tout l’occasion de boire un coup, dans les bars, dans les festivals et même parfois chez toi ! C’est aussi, rire de ces temps troublés par la connerie humaine. Et puis, c’est chanter les femmes, raconter un peu nos vies, et regarder les vers qui se vident et se vident … et se remplissent d’espoir.